Le “christkindelsmärik” (nom originel du marché de noël de Strasbourg, voir notre article “un peu d’Histoire”) s’est déplacé sur les diverses places de Strasbourg : originellement installé sur la place Broglie en 1570, il s’est tenu au 18ème s. sur la place du château au pied de la cathédrale, sur la place Kléber au 19ème s. avant de revenir place Broglie fin 19ème pour ne plus le quitter jusqu’à aujourd’hui. Aujourd’hui à Strasbourg, il n’y a plus un seul marché de noël, mais un cœur de ville qui bat au rythme de noël et propose en son sein plusieurs zones où sont installées des chalets de noël. Nous vous proposons un itinéraire pour découvrir les marchés de noël de Strasbourg ainsi que certains des endroits parmi les plus emblématiques de la ville.

Strasbourg respire les parfums de noël dès la fin du mois de novembre. La très grande majorité des décorations, animations et les marchés se trouvent dans l’hyper-centre ville qu’on appelle la grande île : s’y trouve toute la vieille ville, le centre historique de Strasbourg.
Pendant toute la durée des festivités, cet espace est bloqué au stationnement en voiture et la meilleure solution pour profiter de noël à Strasbourg est de privilégier un accès avec un parking + relais-tram (toutes les informations relatives à l’accès sont sur ce lien). Vous pouvez aussi suivre notre proposition d’itinéraire en vous garant parking Austerlitz (Rue des Bœufs, parking couvert et surveillé). Quoi qu’il en soit, que l’on visite Strasbourg par un bout ou l’autre, vous trouverez toujours des endroits magiques, des bâtiments exceptionnels, des restaurants, boutiques et recoins sympathiques.

En fin d’article : Les horaires d’ouverture et une carte avec notre itinéraire

On peut sans problème découvrir les marchés en une journée, passant de l’un à l’autre à pied en découvrant les façades et vitrines décorées. Bien sûr, on peut aussi, pour plus de confort, étaler sa visite sur deux jours : vous aurez ainsi plus de temps pour flâner, manger, participer aux concerts, animations et ateliers proposés, découvrir Strasbourg au fil de l’eau. Évidemment en cette période plus encore que d’habitude, à la nuit tombée, Strasbourg est magnifié par sa parure de lumières.

Les festivités de noël à Strasbourg commencent avec une parade et une cérémonie d’ouverture pour la mise en lumière des rues de la ville. Entourées des responsables commerciaux et des élus, une ou plusieurs personnalités populaires sont invitées chaque année à lancer le top départ des illuminations. Celles-ci sont toujours assez impressionnantes et donnent un côté magique et féérique à la ville.

 

 

La parade pour la mise en lumière de Strasbourg

Notre itinéraire débute parking Austerlitz, rue des bœufs :

 

Prenez à gauche en sortant du parking, puis la première à droite, la rue des bouchers (attention aux vélos qui roulent vite sur la piste cyclable !!).

Vous arrivez place du corbeau où sont installés quelques chalets de quartier.

Depuis le pont du corbeau, vous avez une vue sur l’ancienne douane (à gauche : ancien entrepôt de commerce fluvial, contrôlant, taxant et stockant les marchandises transitant le long du Rhin) et le musée historique (à droite : ancienne grande boucherie) avec en arrière fond la flèche de la cathédrale.

 

La première référence au pont du corbeau date de 1308, il était appelé le pont aux supplices (“Schinbrucke” de Schinder = le bourreau, ou Pont des Hautes Œuvres) : c’est là qu’étaient torturés les condamnés à mort (parricides, infanticides, voleurs, sorcières). Depuis une planche de noyade (“scupha”) où ils étaient attachés, ils étaient plongés dans la rivière dans laquelle coulaient le principal égout de la ville.
À partir de 1477, on remplace la planche par un grand panier (“Schandkorb”= panier de la honte). Le condamné qui arrivait à s’en extraire devait regagner les berges en nageant, ce dont n’était capable qu’une très petite minorité de gens à l’époque.
Au 16ème s., en plus des égouts de la ville, l’hôpital et la grande boucherie déversent leurs déchets dans la rivière. Le panier des condamnés est remplacé par des sacs noués et enfin par des cages en métal.
Par ailleurs, des cages étaient aussi placées à chaque extrémité du pont pour y exposer publiquement les “petits malfrats”, (tavernier coupant son vin, boulanger trichant sur le poids de ses pains etc.)

Le pont du corbeau traverse la rivière l’Ill et vous entrez alors dans le centre ville de Strasbourg, “la grande île“.

Les noms du pont du corbeau à Strasbourg

L’ancienne douane à Strasbourg

L’ancienne boucherie / musée historique de Strasbourg

Le supplice du Schandkorb ©Alfred Touchemolin

L’entrée officielle du cœur de noël se trouve au début de la Rue du Vieux-Marché-aux-Poissons avec la Porte des Lumières : cette grande arche lumineuse soutenue par deux grands oursons marque l’entrée de la “Capitale de Noël”.

 

 

La porte des lumières à Strasbourg ©L.Andronov

Remontez la rue du vieux-marché-aux-poissons en direction de la place Gutenberg, vous aurez à votre gauche la toute petite place des tripiers.

Vous pourrez y voir un ancien et immense tonneau de vin entouré de 7 mâts de vigne (pour les 7 cépages alsaciens). Il a servi pendant 50 ans à accueillir ses 6770 litres de vin jusqu’à venir embellir la place et pour l’anecdote, il pèse une tonne à vide !

Au fond de la place, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil à la rue des tonneliers.

Première rue piétonne et l’une des plus anciennes de la ville (1240), on y remontait des tonneaux depuis l’ancienne douane.

Son décor de tonneaux lumineux suspendus y rend hommage.

 

 

La place des tripiers et son tonneau

Rue des tonneliers derrière la place des tripiers ©dna-L.Rea

Remontant à nouveau la rue du vieux-marché-aux-poissons vous arriverez à l’entrée de la place Gutenberg. Ici, nous vous invitons à tourner la tête vers la droite, où la rue Mercière vous donnera une perspective de toute beauté sur la cathédrale.

 

 

La rue Mercière et sa vue sur la cathédrale

Sur la place Gutenberg sont installés l’arbre bleu et son ours bleu (l’arbre n’est bleu que lorsqu’il est illuminé !)

Le traditionnel grand carrousel est présent été comme hiver et la place accueille les chalets du pays invité. Chaque année en effet, un pays est choisi et les chalets mettent à l’honneur sa culture : c’est Le village National (ouvert du 22 novembre au 24 décembre). Cette année c’est le Liban le pays invité.

La place Gutenberg est une des plus anciennes places de Strasbourg (env. 1100). D’abord appelée place Saint-Martin (de l’église du même nom détruite en 1525), puis place du marché-aux-herbes jusqu’en 1840, la place fut longtemps le centre administratif et politique de Strasbourg.
Ville libre du Saint-Empire romain germanique en 1262, le pouvoir s’exerce à la Pfalz (hôtel de ville 1322). Complété par la Chancellerie (1462), le Palais de la Monnaie (1507) et le Neubau, (= nouveau bâtiment; 1585) actuelle Chambre de commerce et premier bâtiment en pierre de taille de Strasbourg.

 

La statue de Gutenberg trône au centre de la place : il résida à Strasbourg où il inventa l’impression avec caractères métalliques, avant de perfectionner la technique en Allemagne.

 

Arbre et ours bleus, place Gutenberg

Neubau, Chambre de commerce et d’industrie, place Gutenberg à Strasbourg

La statue de Gutenberg

Au bout, à gauche de la place, empruntez la rue Gutenberg. Traversez la rue des Francs-Bourgeois (attention aux trams !) : vous voilà dans la Grand’rue.

Cette rue est légèrement surélevée, d’où son ancien nom de “rue haute”. Son tracé date de l’époque romaine où elle bordait les installations civiles près des camps militaires situés entre les bras de l’Ill. Cet axe (prolongé par la route des romains, toujours existante) était l’ancienne voie menant de Strasbourg à Saverne.

Bordées par des vitrines des commerces de part et d’autres, son ciel de lumières rend la Grand’rue assez étincelante !

Vous pouvez faire un petit crochet sur votre gauche par la rue des cordonniers qui descend jusqu’à la place Saint-Thomas où se trouvent quelques jolis chalets… Pour remonter vers la Grand’rue prenez la rue Salzmann à droite.

A nouveau dans la Grand’rue, prenez vers la gauche et avancez jusqu’au croisement avec la rue du Fossé-des-Tanneurs, admirez le lustre géant et les décorations gourmandes…

La Grand’rue de Strasbourg croise la rue du Fossé des tanneurs

Prenez vers la gauche la rue du Fossé des tanneurs.

La rue du fossé des tanneurs était en eau jusqu’à la fin du 19ème s.. Le canal traversait toute la ville et fut comblé pour des questions de salubrité.

Descendez la rue en direction de la place des meuniers à droite, c’est ici que se trouve le Marché des Irréductibles Petits Producteurs d’Alsace (ouvert du 22 novembre au 24 décembre).

Comme son nom l’indique, vous trouverez sur ce marché des produits du terroir, faits avec amour par des artisans-producteurs locaux : fromages, confitures, miels, bières, eaux de vie, farines, moutardes, vins, pâtisseries… « made in Alsace ». Convivialité, partage et épicurisme au rendez-vous !

Les “bredele” alsaciens

Rue du Fossé des tanneurs en eau ©F. Piton, 1855

Les gourmandises de la place des meuniers

Empruntez la minuscule et hyper étroite rue des cheveux qui part de la place des meuniers et traverse sous les bâtiments jusqu’aux quais : vous vous trouvez sur la place Benjamin Zix, ici aussi un petit village de noël de quartier : Le marché des rois mages (ouvert du 22 novembre au 24 décembre).

Vous vous trouvez dans le quartier typique de la Petite France avec ses nombreuses maisons à colombages dont la célèbre maison des tanneurs.

La séparation de l’Ill en plusieurs bras en amont des Ponts Couverts a permis l’installation de moulins et attiré les tanneurs, grands consommateurs d’eau. Certaines de leurs maisons du 16ème s. sont toujours présentes : les greniers immenses et aérés et les toitures accessibles permettaient d’étendre et de faire sécher les peaux.

À la fin du 19 ème s. et jusqu’au milieu du 20ème s. de nombreuses activités industrielles s’implantent sur les canaux et les chutes d’eau, qui permettent de faire tourner des turbines. Entrepôts à bois, sable et charbon, laveries et bateaux-lavoirs, moulins à grains, huile ou épices, chocolaterie et les Glacières de Strasbourg occupent les quais.

 

Le quartier “petite France” tire son nom de l’hospice (1687) où étaient soignées les syphilitiques. La syphilis, maladie vénérienne ramenée en France par les mercenaires qui avaient assiégé Naples pour le roi Charles XVIII, était aussi appelée « mal français ».

 

Place Benjamin Zix à noël

La maison des tanneurs ©JM.Rauschenbach

La petite France à Strasbourg ©V.Campana

Prenez sur votre droite et remontez la rue du bain-aux-plantes (admirez au passage les très belles maisons à colombages du 15ème et 16ème s.).

La rue du bain aux plantes était à l’origine habitées principalement par ouvriers : tanneurs, travailleurs du cuir, fourbisseurs… Au 13ème s., on nommait les lieux : Der Werd genant Glanzhof (“l’île appelée Glanzhof”, glanshof = cour brillante). Puis au 14ème s., la rue est nommée Glanzhofgasse (“rue des fourbisseurs”), par corruption elle se transforme en Pflanzhof (“cour des plantes”) fin 15ème s.. A l’emplacement du n°24 de la rue se trouvait un cabinet et un lavoir sur l’eau au 15ème s. transformés en étuve publique fin 16ème s. : la rue devient Die Gass beim Pflanzbad (“la rue près du bain aux plantes” en 1580) puis tout simplement rue du Bain aux Plantes.
L’usage des plantes était très répandu dans ce quartier qui comportait de nombreuses tanneries. Les tanneurs travaillaient les peaux pour les transformer en cuir. Le travail consistait à les nettoyer afin qu’elles absorbent le tanin qui donnerait la souplesse recherchée. Le tannage était végétal, composé d’écorces de chêne et de châtaignier. Lorsque le résidu qui servait à tanner le cuir ne contenait plus assez de tanin, il était séché dans des moules à fromage et vendu comme combustible dans de nombreux foyers strasbourgeois. Ce produit s’appelait “lohkäs” et était vendu par le “Lohkästreppler”.

Les maisons les plus célèbres sont : la maison des Tanneurs (1572) et l’actuelle maison Lohkäs (1587, elle appartenait d’abord à un corroyeur puis en 1676 à un tonnelier, comme en témoignent un écu millésimé sur la façade ainsi qu’un bas-relief représentant deux hommes en train de cercler un tonneau.)

Rue du Bain-aux-plantes, 1900

Lavoir de la rue du bain-aux-plantes ©A. Koerttge, 1900 

Rue du Bains-aux-plantes, 1920

Vous arrivez sur la place Grimmeisen et son Marché OFF (ouvert du 22 novembre au 24 décembre).

Le marché OFF est un marché solidaire. L’idée ici de privilégier les achats responsables, c’est-à-dire des créations issues de récup, de relooking, de brocantes, du commerce équitable et bio. Beaucoup d’animations sont prévues comme des ateliers DIY pour fabriquer vos déco ou petits cadeaux, des concerts, des conférences, des dégustations. C’est un marché pas comme les autres, convivial et chaleureux pour tous et tous les budgets !

Revenez sur vos pas dans la rue du bain-aux-plantes.
Vous pouvez à mi-chemin au croisement de la rue des moulins (à votre droite) faire un petit crochet facultatif qui vous permettra de découvrir les ponts couverts de Strasbourg et le barrage Vauban qui sont à deux pas.

 

Place Grimmeisen à noël

Si vous choisissez cette option :

Prenez la rue des moulins à votre droite, passez le pont du faisan (pont qui s’ouvre et se ferme pour laisser passer les bateaux). A votre droite, avant le pont suivant, se trouve une entrée sous un porche qui donne sur le quai de la petite France : passez ce porche et vous vous trouverez dans le square Louise-Weiss. Traversez le square jusqu’aux tours des ponts couverts. Depuis le pont, au pied des tours, vous voyez le barrage Vauban devant vous de l’autre côté de l’Ill.

Les ponts en bois et leurs toitures ont été construits au 13ème s. sur les bras de l’Ill pour défendre Strasbourg. Ils sont séparés par 4 tours en briques comme celles qui ponctuaient l’enceinte de la ville (ex. tour du bourreau, quai de Turckheim). Ces 4 tours servirent de prison jusqu’en 1823. En 1865, les ponts en bois sont remplacés par des ponts en pierre dans leur configuration actuelle. La tour nord, détruite par un incendie, fut rasée en 1869.

Le barrage baptisé “la Grande Écluse” est construit en 1686 par Jacques Tarade sur les plans de Vauban. En cas d’attaque, en obstruant ses arches par fermeture des vannes, le niveau de la rivière la rivière était sensé monter, inondant et transformant en marécages tous les terrains situés au sud de la cité, les rendant infranchissables par l’ennemi. Le barrage fut utilisé lors du Siège de Strasbourg en 1870.

Redescendez vers le centre par le quai du Woerthel (il part en descente vers un parking le long de l’Ill). Vous rejoignez la rue des Moulins. Prenez à droite et suivez la rue des Moulins jusqu’au Pont Saint-Martin. De là vous avez une très jolie vue sur les anciennes glacières de Strasbourg et l’écluse. Poursuivez sur la rue du Pont Saint-Martin jusqu’au croisement avec la rue de la monnaie à droite et la rue des dentelles à gauche.
Partez à gauche vous passerez le n°10 rue des dentelles où se trouve une boutique de décorations qui s’appelle “un noël en Alsace” (ouverte toute l’année). Juste en face de la boutique de décorations, prenez la rue escarpée, elle vous ramènera à la Grand’rue.

Si vous ne choisissez pas cette option :

Vous ne choisissez pas l’itinéraire qui propose un petit crochet pour découvrir les ponts couverts et le barrage Vauban : vous pouvez donc remonter la rue du bain-aux-plantes vers la place Benjamin Zix puis prendre la rue des dentelles.

Vous trouverez au n°10 une boutique de décorations de noël (ouverte toute l’année) qui s’appelle “Un noël en Alsace”.

  • Vous pouvez pousser de quelques mètres sur la droite puis la première à droite sur le pont Saint-Martin pour la belle vue sur la petite France. Si c’est votre choix, revenez ensuite sur vos pas pour prendre la rue escarpée (en face de la boutique de noël) vers la Grand’rue.
  • ou prendre directement en face la rue escarpée vers la Grand’rue.

 

Ponts couverts ©P. De Rexel

Boutique de déco de noël ouverte toute l’année

La petite France depuis le pont Saint-Martin ©L. Verbois

Vous revoilà sur la Grand’rue, prenez sur votre droite puis presque toute de suite sur votre gauche par la minuscule rue du savon. Elle vous mènera vers la rue Saint-Hélène pile devant le n°9 qui est une adorable maison datant du 17ème siècle, à la façade peinte.

Prenez sur la gauche sur quelques mètres puis la première ruelle à droite : la rue des drapiers, elle vous amènera dans la rue du 22 novembre (attention des voitures et vélos peuvent circuler ici). Ici, la rue est décorée de splendides boules de noël géantes étincelantes d’or et d’argent.

Prenez la rue par la droite et continuez tout droit jusqu’au bout de la rue : sur votre gauche quelques mètres plus loin, se trouve la place Kléber.

Rue du 22 novembre ©Alsacelorraine

La place Kléber est LA place centrale de Strasbourg.
S’y dresse le grand sapin (env. 30 m de haut) qui est coupé dans les forêts vosgiennes : sa ramure est généralement étoffée de branches supplémentaires avant d’être revêtue d’un décor original chaque année. Il y restera visible jusqu’en janvier 2020.

Sur la place sont installés également la grande patinoire devant le bâtiment du 18ème s. appelé l’Aubette et la statue du général Kléber (sur son caveau).

Ce grand palais de style classique tire son nom de son origine : un corps de garde d’où étaient transmis les ordres, à l’aube.

Le général Kléber était commandant suprême de l’armée d’Égypte avec laquelle il était au sommet de sa gloire lorsqu’il fut assassiné au Caire en 1800. Plus d’info ici.

Sur la place au pied du sapin, est installé Le village du partage (ouvert du 22 novembre au 24 décembre) :

S’y regroupent de nombreuses associations caritatives, humanitaires et clubs services qui ont besoin de votre soutien. En leur achetant des produits vous vous faites plaisir tout en étant sûrs d’œuvrer concrètement pour soutenir leurs actions.

Le Marché OZ, proposé par la Fédération des métiers d’art d’Alsace, accueille des d’artisans d’art qui vous proposerons des pièces uniques, des cadeaux singuliers, façonnés à la main. Céramistes, verriers, ébénistes, créateurs de bijoux et de mode… un circuit ultra-court pour faire ses achats de Noël en privilégiant qualité et l’originalité ! (Ouvert du 13 au 23 décembre, de 10h à 19h, salle de l’Aubette, 1er étage)

Place Kléber, son sapin, sa patinoire (©R. Martino)

L’Aubette, place Kléber

En traversant la place vous verrez une petite ruelle : la rue de l’outre, que nous vous invitons à la prendre en direction de la place Broglie. Au bout de cette rue, vous découvrirez un bâtiment du 16ème s., actuelle échoppe d’un pâtissier strasbourgeois réputé dont la façade peinte en trompe l’œil est magnifique et qui est souvent richement décorée pour noël.

Avancez de quelques pas : devant vous la place des étudiants. Traversez la vers la gauche et prenez la rue de la place des étudiants à gauche. Vous arriverez rue de la mésange que viennent illuminer pour la première fois cette année vingt-deux arbres géants, aux lumières or et blanches.

Vers la droite, remontez la rue de la mésange jusqu’au bout pour rejoindre la place Broglie.

 

Ici se trouve le plus grand marché de Strasbourg : le Christkindelsmärik (ouvert du 22 novembre au 24 décembre).

Vous aurez l’embarras du choix dans tous les chalets qui proposent des illuminations, des décorations, des objets artisanaux et des gourmandises variées.

Sur la droite de la place se trouve l’Hôtel de ville de Strasbourg (façade blanche et grès rose) et au fond l’opéra et ses colonnes.

 

Cette place était anciennement appelée place du Marché-aux-Chevaux, (“Roosmarkt“), elle prend le nom du maréchal François-Marie de Broglie, qui la transforma en promenade arborée en 1740 lorsqu’il était gouverneur de la ville. La place a sa forme actuelle depuis 1832 où cette portion du fossé des tanneurs qui la traversait fut comblée.

 

A droite de l’opéra, au fond de la place, sur la place dite du “Petit Broglie” se trouve l’ancien grenier d’abondance de la ville construit en 1441. Ce grenier à grain en briques roses avec ses nombreuses petites fenêtres faisait à l’origine 130 mètres de long, et a été construit sur les restes de l’enceinte du castrum romain. Le grenier servait de réserve pour les mauvaises récoltes ou en cas de siège de la ville. Aujourd’hui c’est le stock de costumes de l’Opéra du Rhin.

Plus d’infos ici sur la place et ses monuments.

Généralement, le marché de noël occupe toute la place avec les vendeurs de sapins ou des manèges vers l’opéra.

 

A partir de là, deux options d’itinéraires s’offrent à nouveau à vous :
• soit vous vous dirigez vers la place de la République à quelques pas afin d’admirer certains des plus beaux bâtiments de la ville dans le quartier Neustadt, et revenez vers la cathédrale en découvrant en chemin deux charmantes petites places de Strasbourg (place Saint-Etienne et place du marché Gayot).
• soit vous poursuivez votre découverte des marchés plus rapidement en vous dirigeant directement vers la place du marché Gayot et la place de la cathédrale.

Façade peinte rue de l’Outre

L’entrée du Christkindelsmärik

Le vin chaud, les bretzels et les illuminations

Si vous choisissez l’option crochet par la place de la République, la place Saint-Etienne et la place du marché Gayot :

Contournez l’opéra par la gauche et passez le pont du théâtre qui enjambe l’Ill. Vous voilà place de la République : en son centre, un parc arboré avec un petit chemin tout autour vous permet de découvrir les bâtiments qui entourent la place. Ils sont représentatifs de ce nouveau quartier construit par les allemands lorsque l’Alsace était occupée, qu’on appelle Neudstadt (“la ville nouvelle”).  Plus d’infos sur la place de la République.

En commençant votre tour par la gauche, vous verrez d’abord le Palais du Rhin. Cet ancien palais impérial est aujourd’hui le siège des bureaux de la direction régionale des affaires culturelles.

En poursuivant le tour de la place vers la droite du palais, vous découvrez au nord de la place deux grands bâtiments de part et d’autre de la rue qui les sépare. Anciens bâtiments du Ministère d’Alsace-Lorraine, il s’agit à gauche du bâtiment occupé aujourd’hui par la direction régionale des finances publiques et à droite par la préfecture du Bas-Rhin. En regardant vers le parc, vous aurez d’ici une belle vue sur la flèche de la cathédrale avec en premier plan, le monument aux morts au centre de la place.

A l’est de la place, se trouvent les bâtiments de la Bibliothèque Nationale Universitaire (55 kilomètres de rayonnages sur 8 étages !!) et du Théâtre National de Strasbourg (TNS) de part et d’autre de la rue Victor Schœlcher.

En l’empruntant sur quelques mètres pour contourner le théâtre vous aurez la possibilité de découvrir le magnifique hôtel des Postes.

  • Si vous avez le temps et les jambes, vous pouvez prolonger la rue Schœlcher et remonter l’avenue de la liberté jusqu’au Palais Universitaire au bout. Vous passerez alors sur le pont d’Auvergne devant la très belle église Saint-Paul et ses deux flèches (sur la gauche) que les touristes confondent souvent avec la cathédrale. Quand vous avez le Palais universitaire derrière vous, rejoignez notre itinéraire en prenant la rue du maire Dietrich à gauche, le pont royal à droite et la petite rue des pontonniers (à gauche après le pont).

Depuis l’hôtel des Postes, à droite, remontez la rue Malraux derrière le Théâtre, traversez l’avenue de la Marseillaise, prenez le pont Massol et traversez-le. Prenez à gauche le quai Lezay Marnésia, en le remontant vous pourrez admirer les magnifiques maisons le long de l’Ill, de l’autre côté de la berge et un très joli petit pont en cuivre.

Le sublime bâtiment et ses tourelles que vous verrez de l’autre côté de l’Ill et qui fait l’angle avec le pont des pontonniers est le lycée du même nom.

Prenez la rue de la courtine à droite (en face du pont des pontonniers). Vous allez maintenant remonter vers la cathédrale en passant par deux des petites places préférées des strasbourgeois et des ses étudiants. Tout d’abord, vous arrivez place Saint-Etienne : devrait s’y tenir le Marché de noël des créateurs alsaciens (MOCA) au FEC, 17 place saint Étienne salle Léon 13 (ouvert uniquement les 21 et 22 décembre) Infos ici.

La place date du 11ème siècle et s’appelait alors la rue de la pierre large, elle est entourée par de belles maisons anciennes à colombages.

On peut voir la statue du Meiselocker (“charmeur de mésanges”) installée en 1929. Les Strasbourgeois étaient autrefois surnommés Meiselocker : deux explications font débat : d’une part il se raconte qu’au printemps, les jeunes allaient tendre des pièges aux mésanges pour les mettre en cage et les vendre au marché; d’autre part, on rapporte que ce surnom fut attribué lorsqu’en 1552 les Strasbourgeois tirèrent sur le roi de France Henri II un boulet à l’aide d’un gros canon baptisé Meis (mésange). Le roi, alors cantonné sur les hauteurs de Hausbergen fut contraint de battre en retraite.

Depuis votre point d’arrivée sur la place Saint-Etienne, allez tout droit. Prenez ensuite la rue des frères : sur votre gauche vous croisez la rue des sœurs, puis, quelques mètres plus loin toujours sur la gauche, une minuscule ruelle vous amène place du marché Gayot.

 

Si vous ne choisissez pas l’option d’aller directement de la place du marché Gayot :

Depuis la place Broglie prenez la rue de la Comédie sur la droite au centre de la place. Suivez-la tout droit jusqu’à la rue des charpentiers en face que vous poursuivez aussi tout droit jusqu’au bout. Enchainez avec la rue du faisan toujours en face et toujours tout droit jusqu’à ce que vous croisiez la rue des frères.

Si le cœur vous en dit, vous pouvez faire quelques mètres sur la droite pour découvrir au bout de la rue des frères la charmante petite place Saint-Etienne (plus d’infos sur cette place ci-contre dans l’option 1). Si c’est le cas revenez ensuite sur vos pas pour rejoindre notre itinéraire.

Prenez la rue des frères par la droite et quelques mètres plus loin sur la gauche, une minuscule ruelle vous amène place du marché Gayot.

 

Palais du Rhin de Strasbourg

Bibliothèque nationale universitaire

Hôtel des Postes

Église Saint-Paul

Statue du Meiselocker place St-Etienne

Place Saint-Etienne à noël

La place du Marché Gayot est une des places les plus emblématiques de Strasbourg. Elle reste pourtant encore assez confidentielle, et est couverte de terrasses qui invitent à profiter d’un moment convivial entre ami en toute décontraction.

La place fut crée par François Marie de Gayot en 1769 sur l’emplacement d’un l’hôtel détruit par un incendie. D’abord marché aux herbes et à la volaille, puis marché pour la viande de boucherie, les maisons entourent rapidement la place : grenier à sel, auberge, boutiques et maisons d’habitation, dont certaines à colombages sont toujours là. De nombreuses maisons ont des portes très basses, on raconte qu’elles servaient à loger les nains, fous et bouffons employés par le Cardinal de Rohan pour sa cour épiscopale au 18ème s.

A noël, s’y trouve L’Autre Marché de Noël (ouvert du 22 novembre au 24 décembre). Il est conçu pour les familles qui souhaitent encore un peu plus de magie de noël : jeux pour les enfants, animations, spectacles…

Un sapin participatif composé de mini-sapins, vous permettra d’endosser le rôle de décorateur à l’Atelier des lutins en fabriquant des décorations (anges, flocons, sucres d’orge, jouets d’Antan…) à installer sur l’arbre collectif. (mercredis, samedis et dimanches, de 14h à 18h30). Un espace dédié aux plus petits permet aussi de découvrir des jeux et jouets divers du monde entier… avec la possibilité de confectionner le sien pour le rapporter à la maison ! (lundis, mardis, jeudis et vendredis, de 16h à 19h30).

Enfin de nombreux spectacles gratuits sont proposés pour les enfant dans la Cour du Palais Rohan (place du Château, lundis, mardis, jeudis et vendredis, à 16h45 et 18h; mercredis, samedis et dimanches, à 14h30, 16h et 17h30) : contes, histoires merveilleuses, numéro de marionnettes… Profitez d’une douce ambiance et laissez-vous emporter dans un univers magique et enchanteur. Attention, c’est sur la place du marché Gayot que se retirent les billets d’entrée pour tous les spectacles. Voir le programme des spectacles

Sapin participatif

En sortant de la place du marché Gayot, reprenez la rue des frères vers la gauche et remontez-la jusqu’au bout (sur votre gauche vous longez le lycée Fustel de Coulanges) : vous arrivez à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

Descendez un peu la rue du Dôme sur votre droite, prenez la première à gauche, la rue des hallebardes, remontez cette rue jusqu’à la rue du Sanglier (première à droite) : vous êtes au “carré d’or”.

Le carré d’or est un quartier autour de la cathédrale. Il est appelé ainsi à cause de 4 rues emblématiques qui forment un carré : la rue du temple-neuf, la rue des orfèvres, la rue du chaudron et la rue du sanglier. Ces petites rues ont gardé leur charme d’antan et sont délicieusement décorées en période de noël. Le quartier se prolonge autour de la cathédrale avec notamment la rue des hallebardes. A noël, celle-ci est illuminée de lustres en cristal de baccarat. Vous l’aurez compris, vous êtes aussi dans un quartier où vous pourrez trouver des boutiques haut de gamme et de luxe.

Descendez un peu dans la rue du Sanglier, prenez la première à gauche la charmante minuscule rue du chaudron (au n°5, juste avant le restaurant le Clou, des peintures en trompe l’œil entre les fenêtres avec un chat qui vous observe du 1er !).

Prenez à votre droite dans la rue des orfèvres, au bout de quelques mètres sur votre gauche vous avez un petit porche qui abrite un minuscule passage vers la place du marché-neuf : vous y trouverez quelques chalets du quartier du carré d’or. (ouvert du 22 novembre au 24 décembre)

Au centre de la place sur votre droite, un autre petit porche vous amène place du Temple neuf au pied de la paroisse du même nom où sont aussi installés quelques chalets.

Revenez sur vos pas en traversant la place du marché neuf pour revenir dans la rue des orfèvres, prenez-la vers votre droite et remontez toute la rue jusqu’à la rue des hallebardes.

Prenez vers la gauche, au bout de quelques mètres vous serez devant la plus ancienne maison de Strasbourg qui fait l’angle de la rue : la maison Kammerzell. Vous pourrez la voir encore mieux un peu après, depuis la place de la cathédrale.

Cheminez encore un peu dans la rue des hallebardes jusqu’à un minuscule passage sur votre droite, le passage de la cathédrale, qui vous amène place de la cathédrale.

Le quartier carré d’or et ses décorations

En sortant du passage de la cathédrale, si vous partez vers la gauche vous verrez un buste et une enseigne accrochés à une façade qui fait un angle : c’est un hommage à Jean-Michel Sultzer qui empêcha les révolutionnaires de détruite la flèche de la cathédrale (symbolisant trop la puissance de l’église et contre les valeurs d’égalité). Il proposa en effet de coiffer la pointe de la flèche d’un immense bonnet phrygien en métal afin qu’on “voit de loin où commençait le pays de la liberté”. Le bonnet fut érigé en 1794 et resta en place jusqu’en 1802. Il fut détruit dans l’incendie de la bibliothèque municipale où il était gardé en 1870 lors du siège de Strasbourg.

Repartez vers la droite, passez devant l’office de tourisme et comme promis, un petit coup d’œil à la plus ancienne maison de Strasbourg (1427) : la maison Kammerzell.

Elle porte le nom de l’épicier Kammerzell, son dernier propriétaire au 19ème s. mais c’est en 1427 qu’un drapier s’y installe. Il la reconstruit en 1467 (date sur fronton porte rez-de-chaussée). En 1571, Martin Braun, riche marchand de fromages, ne conserve que le bas en pierre auquel il ajoute les étages jusqu’en 1589. La façade est en bois sculpté avec des décors profanes et sacrés, les fenêtres sont en cul de bouteille, les fresques intérieures sont de Léo Schnug (1905). Sur le pignon, on voit encore la poulie qui servait à faire monter les réserves au grenier. Depuis le 19ème s. c’est un restaurant où on peut manger notamment de délicieuses choucroutes aux poissons.

Un petit regard vers un petit bout saillant de la façade de l’hôtel cathédrale (presque en face de la maison Kammerzell) : un obus datant du siège de Strasbourg en 1870 y est toujours encastré.

 

Place de la cathédrale : le marché de noël de la cathédrale (ouvert du 22 novembre au 30 décembre).
Ce marché de Noël privilégie les objets artisanaux qui montrent la diversité du monde et ceux à connotation religieuse (crèches, santons…). Bien sûr, vous y trouverez de quoi vous régaler comme toujours.

Vous pouvez visiter la cathédrale Notre-Dame.

Chef d’œuvre magistral de l’art gothique la cathédrale Notre Dame de Strasbourg est, comme le disait Victor Hugo un “prodige du gigantesque et du délicat”. Sa façade en grès des Vosges à la couleur changeante suivant la luminosité est richement ornementée de centaines de statues et de gargouilles et raconte toutes sortes d’histoires. La flèche mesure 142 mètres et se voit loin dans la plaine d’Alsace par beau temps (Notre Dame de Strasbourg fut jusqu’au 19ème siècle l’édifice le plus élevé de toute la chrétienté). Notez que la plate-forme panoramique en haut des 332 marches de l’escalier en colimaçon est souvent fermé pour raison de sécurité pendant la période des marchés. A l’intérieur, la chaire en dentelle de pierre, le pilier des anges, l’orgue majestueux et la splendide rosace tout en sobriété sont sublimes. L’horloge astronomique datant de la Renaissance, considérée à l’époque comme l’une des « sept merveilles de l’Allemagne », permet toujours d’admirer le ballet des automates animés et notamment le défilé des douze apôtres tous les jours à 12 h 30.

A noël, la cathédrale accueille une grande crèche de 1907 qui présente cinq scènes : l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, l’Adoration des mages et la Présentation au temple. (ouvert du 23 novembre au 2 février, bas-côté sud de la Cathédrale, de 8h30 à 11h15 (sauf dimanche matin) et de 12h45 à 17h30)

Pour l’anecdote : la cathédrale devait être bâtie sur le modèle de la cathédrale parisienne du même nom avec deux tours. Or la seconde n’a jamais été construite à Strasbourg sans doute pour éviter tout risque d’affaissement, la première tour pesant déjà environ 7000 tonnes… La cathédrale de Strasbourg étant construite sur un sol mou argileux avec des pieux de bois et des murs de fondations, on a préféré ne pas tenter le diable et garder Notre-Dame de Strasbourg unique avec son unique tour !

A l’angle de la rue Mercière (en face de la porte principale de la cathédrale) et de la place de la cathédrale, se trouve une autre très ancienne maison du 15/16 ème s :

S’y trouvait la plus ancienne pharmacie d’Europe. Au 17ème s., on décida à Strasbourg de nommer les pharmacies avec de noms d’animaux, celle-ci devint la pharmacie du Cerf. On peut y voir des sculptures (intérieures et extérieures) ainsi que des fresques de Léo Schnug. Aujourd’hui racheté par la ville, le bâtiment abrite un espace d’informations culturelles. A l’angle du bâtiment se trouve le pilier de la minceur (“Buchmesser” = mesure de la bedaine, 1567). Si l’on ne parvenait pas à se glisser de profil dans l’espace entre le pilier et le mur, un régime s’imposait !! Il était de coutume que les membres du conseil de la ville fassent le test après avoir passé la journée à manger et boire de corporation en corporation pour choisir leur magistrat et prêter ensuite serment à la constitution devant la cathédrale lors du serment annuel du “Schwœrtag”.

A droite de la cathédrale se trouve la place du château avec au fond le lycée Fustel de Coulanges. A droite de la place du château, le Palais Rohan (qui abrite notamment le musée des beaux-arts et le musée archéologique) et le Musée de l’œuvre Notre-Dame. Vous trouverez aussi traditionnellement ici un chalet fermé qui propose quantité de décorations de noël.
Au coin droit de la place du château, prolongeant le musée de l’œuvre Notre-Dame, vous verrez une petite grille qui vous permet de jeter un œil à un adorable jardinet gothique (visite comprise dans le Musée de l’œuvre Notre-Dame).

Le buste de J.M. Sultzer et l’obus des prussiens

La maison Kammerzell à noël

Le marché place de la cathédrale ©JF. Badias

Le marché de noël et la cathédrale Notre-Dame sous la neige ©P. Bastien

L’ancienne pharmacie et le pilier Buchmesser

Des décorations du sol au plafond ! ©Cotad

Le jardinet gothique de Hans Haug ©A. Hefti

Juste à droite de la grille du jardinet gothique, un minuscule passage, le passage Hans Haug, vous permettra de rejoindre la rue du Maroquin. Cette dernière est toujours magnifiquement décorée. Prenez sur votre gauche et descendez la rue Maroquin qui vous amène sur la très jolie petite place du marché aux-cochons-de-lait.

Celle-ci est mitoyenne de deux autres places : celle de la grande boucherie (au fond à droite) et celle du vieux-marché aux-poissons (au fond à gauche). Les terrasses et chalets sont souvent installés étalés un peu partout !

Place du marché au cochon-de-lait

Rue du Maroquin à noël

La place du vieux-marché aux-poissons et la terrasse Rohan (devant le Palais du même nom) qui la prolonge accueillent Le marché des délices de Noël d’Alsace (ouvert du 22 novembre au 30 décembre).

Ici, les pâtissiers, producteurs de viandes et de vins d’Alsace vous présenterons et proposerons leurs produits par le biais de dégustations, d’animations et de démonstrations.

 

C’est aussi palais des Rohan que se jouent les spectacles gratuits pour les enfants (billets à retirer place du marché Gayot).

Le prince-évêque cardinal, grand aumônier de France, Armand-Gaston de Rohan-Soubise voulait marquer la puissance française dans une ville reconquise tardivement et le retour triomphant du culte catholique dans un bastion de la réforme protestante.
En 1704, cette installation épiscopale, exceptionnellement réalisée en grès jaune, dote l’Alsace d’une résidence véritablement princière. Dès 1744, le palais accueillera le roi Louis XV, puis deviendra l’étape obligée des princesses étrangères à la veille d’épouser un souverain français.

Ici, il y a des étoiles plein les arbres et on a des étoiles plein les yeux !

 

Palais Rohan à noël

Depuis la terrasse Rohan sortez sur la rue du bain-aux-roses et le pont Sainte-Madeleine qui enjambe l’Ill.

La rue doit son nom à un ancien bain public à l’emplacement du n°2 et qui figure de 1350 à 1750 sous le nom de Bain aux Roses.

Traversez le pont pour vous trouver sur l’autre berge de l’Ill :  le quai des bateliers en face du Palais Rohan.

Ici, la rue dont la circulation donne la priorité aux piétons, permet un accès à des nouveaux pontons au bord de l’eau et vous donne un aperçu du Palais Rohan et de la cathédrale de toute beauté. En particulier le soir, où les illuminations de noël, étoiles géantes et lucioles, subliment les monuments.
Remontez le quai des bateliers : vous vous trouvez au pont du corbeau, quasiment au point de départ.

 

Quelques conseils :

Nous vous conseillons si possible d’éviter les visites le week-end où il est difficile de mettre un pied devant l’autre, même si les horaires “week-end, nocturnes” permettent de prolonger la magie des illuminations. Pensez à vous habiller chaudement (surtout aux pieds !). Attention à vos effets personnels et patience dans les contrôles de sécurité.
Et n’oubliez pas de goûter à toutes les gourmandises de la région : bredele, pains d’épice, berawecka, bretzels salés ou sucrés, vins (rouge et blanc) et bière chauds, jus de pomme ou d’orange chauds, mannele à la Saint-Nicolas et tartes flambées salées ou sucrées (le tout avec modération bien sûr !).

Notre itinéraire sur une carte :
Téléchargez le plan au format pdf

©A. Hefti et J. Dorkel

Renseignements pratiques :

Les marchés de noël sont ouverts
du 22 novembre au 30 décembre 2019,
de 11h à 20h tous les jours sauf :

  • Le 22 novembre, de 14h à 21h
  • Le 24 décembre, de 11h à 18h
  • Fermé le 25 décembre
  • Du 26 décembre au 30 décembre : seuls les chalets place de la Cathédrale, place du Château, place de la Grande Boucherie, place du Marché-aux-Poissons et sur la Terrasse du Palais Rohan seront ouverts.

Nocturnes, du 22 nov. au 24 déc. 2019 :

  • Vendredis jusqu’à 21h
  • Samedis jusqu’à 22h

D’autres infos sur le site officiel de Noël à Strasbourg.
Téléchargez le programme officiel de Noël à Strasbourg 2019

Wifi gratuit : wifilib.com
WC publics : Place d’Austerlitz, WC Vauban, Place Kléber, Place Broglie, Place du Château, de 7h à heure de fermeture des marchés (sauf 25/26 décembre de 10h à 17h30).

Réservez votre séjour

A l'aide de notre calendrier, définissez la période idéale pour vos vacances et réservez directement votre séjour sur notre site. C'est simple et rapide !

Une question ? Ecrivez-nous ou appelez-nous au 06 744 18 722.

Le Séchoir en images